Conférence de Cagliari


Les autres blogs

4 Août

2010

Conférence de Cagliari: De l’élaboration de la théorie à l’engagement politique: mon intervention sur la modernité des écrits et de l’engagement de Simone de Beauvoir au XXIème siècle

  Lors de la session du 24 juin 2010 à Cagliari consacrée à la théorie et l’engagement politique et présidée par Magda Guadalue Dos Santos (université catholique de Minas Gerais, Brésil) j’ai exposé la modernité des écrits et de l’engagement de Simone de Beauvoir au XXIème siècle. En complément des analyses et conclusions de mon essai, Simone de Beauvoir, Modernité et engagement (Ed L’Harmattan 2009, ISBN 978-2-296-10025-1), j’ai montré comment la dénonciation des totalitarismes, de la torture, de l’oppression des femmes dans de nombreux pays et de la condition des personnes âgées, reste des sujets d’actualité. J’ai expliqué pourquoi les œuvres de Simone de Beauvoir sont de plus en plus traduites, en particulier dans les pays émergents.

  J’ai rappelé qu’en 1974, lorsque nous avons réussi à obliger les autorités politiques à libéraliser la loi sur l’interruption volontaire de grossesse, Simone de Beauvoir a estimé qu’il fallait à présent exercer une pression auprès des Etats et donc de l’Etat français afin que ceux-ci soient amenés à modifier les lois injustes et discriminatoires à l’encontre des femmes qui sévissaient alors. Il était temps que les Etats s’impliquent dans la question des droits des femmes dont ils avaient volontiers laissé la charge à des associations de femmes et à des bénévoles. La vision et la volonté de Simone de Beauvoir, an liaison avec par notre mouvement féministe, a permis qu’aujourd’hui, de par le monde, des programmes européens et internationaux contribuent à l’amélioration des droits des femmes. Son œuvre reste une référence dans de nombreux pays émergents et occidentaux.

  De même, ai-je souligné, son essai sur La Vieillesse, introuvable en librairie en France pendant des années, est incontournable pour appréhender la défense des personnes âgées. Là aussi cet ouvrage, aussi important que Le Deuxième Sexe et de nouveau disponible, demeure une référence dans plusieurs pays étrangers, bien plus qu’en France. Simone de Beauvoir continue d’ouvrir des pistes pour un monde plus humain en ce XXIème siècle grâce à ses écrits et à son engagement.

  Aussi, ai-je conclu, le travail effectué par les universitaires, français et étrangers, auprès de leurs étudiants, notamment dans les départements des « women’s studies » et dans les départements de littérature française, était-il fondamental pour contribuer au rayonnement de par le monde des valeurs de liberté, égalité, fraternité,. Ce sont ces mêmes valeurs pour lesquelles, avec talent et courage, Simone de Beauvoir a lutté sa vie durant. Le travail universitaire devait aussi, à l’instar de Beauvoir, s’accompagner d’un engagement au sein de la Cité. Il s’agissait là, si l’on souhaitait être fidèle à sa pensée, d’un devoir envers les hommes et les femmes de ce XXIème siècle qui sont nombreux à ne pas avoir l’opportunité économique et intellectuelle de s’exprimer ni de revendiquer leur dignité d’être humain.

Conférence de Cagliari : deuxième journée, 24 juin 2010 : Simone de Beauvoir avant le mythe, Simone de Beauvoir, éthique et engagement

3 Août

2010

La première partie de la deuxième journée de la conférence à Cagliari a été consacrée le 24 juin dernier à

« Simone de Beauvoir avant le mythe. »


  Présidée par la professeure Yolanda Astarita Patterson, présidente de la société internationale Simone de Beauvoir, cette session a été l’occasion pour Liliane Lazar, secrétaire générale de ladite société, professeure à Hofstra université (USA) et auteure d’un recueil de témoignages L’empreinte Beauvoir (Editions L’Harmattan 2009) d’évoquer Simone de Beauvoir avant le Castor. Dans ses Cahiers de Jeunesse nous découvrons l’exceptionnelle formation intellectuelle de la jeune écrivaine et philosophe, ses lectures, et son intelligence. Barbara Klaw (université du Kentucky, USA) a évoqué les traductions du journal de Beauvoir sur lesquelles elle avait elle-même travaillé. Tove Pettersen, de l’université d’Oslo (Norvège) a présenté son analyse de la notion de philosophe pour Beauvoir pendant ses années d’étude. Claire Guérin, de l’université d’Oxford (Grande-Bretagne) a exposé la création d’une identité littéraire à travers les Cahiers de Jeunesse et les Mémoires d’une Jeune Fille Rangée.

  La session suivante concernait l’amour chez Beauvoir. Présidée par Barbara Klaw, Jean-Pierre Boulé, de l’université de Nottingham Trent (GB), a donné son point de vue sur une passion « généreuse » entre Sartre et Beauvoir. Lise Gélinas (Collège Jean-de-Préboeuf, Canada) a étudié la relation de Nelson Algren et Beauvoir en s’interrogeant sur une Sanseverina à Chicago.

  Pour ma part, j’ai présidé la session suivante sur « Simone de Beauvoir et les autres, portraits croisés ». Chiara Cratella (université de Bologne, Italie) a comparé l’oeuvre et la vie de Beauvoir et d’Angela Carter. Fatma Kalpali ((université de Konya, Turquie) a exposé des vies alternatives comme dans l’œuvre de Jane Chambers. Sabina Znidarsic (université de Primorska, Slovénie) a parlé du genre et du destin dans les œuvres de Beauvoir et d’Angela Vode.

  La quatrième session de ce 24 juin a porté sur « l’éthique et l’engagement politique » et était présidée par Céline Léon ( Grove City Collège, USA). Christine Daigle (université de Brock, Canada) a exposé l’ambiguïté de son existence entre éthique et politique. Le Dr Matteo Tuveri, chercheur italien et co-organisateur de cette conférence, a présenté un exposé très complet et riche sur la condition des femmes en Italie de 1865 à nos jours à partir des outils d’analyse de Simone de Beauvoir, le rôle de l’église catholique, puis du fascisme et des Italiennes résistantes, de l’après-guerre et enfin la situation aujourd’hui où, pour reprendre la phrase que me répétait Beauvoir, « Rien n’est jamais acquis. Il suffira d’une crise économique, politique ou religieuse, pour que ces droits soient remis en question. » Cet exposé de Matteo Taveri était donc particulièrement approprié et nous renvoyait à la question de la condition des femmes dans sa globalité. Nadia Santoro (université de Calabre, Italie) a ensuite exposé la politique du corps selon Beauvoir.

La suite de cette conférence sera présentée sur mon blog vers le 8 août prochain.

 CLAUDINE MONTEIL

Vous voyez une version text de ce site.

Pour voir la vrai version complète, merci d'installer Adobe Flash Player et assurez-vous que JavaScript est activé sur votre navigateur.

Besoin d'aide ? vérifier la conditions requises.

Installer Flash Player